Que le Peuple de Gauche s’en mêle.  du lundi 11 novembre 2013.




La grande colère des Bretons témoigne d’une exaspération sociale, aujourd’hui à son paroxysme. L’écotaxe, qui n’est pas, loin s’en faut, la pire des décisions prise par ce gouvernement, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.
Aujourd’hui, les prélèvements sur les salaires y compris les plus modestes, sur les retraites, sont disproportionnés, comparés à ceux des plus fortunés. Ils deviennent insupportables, et comme dans tous les pays européens, enfoncent toujours plus la France dans la crise.
Pour la première fois depuis des décennies, nous sommes sortis d’un principe Républicain où l’impôt était acquitté selon les possibilités contributives de chacun, pour servir le bien public, dans le cadre d’une répartition des richesses plus ou moins juste selon les gouvernements.
Comme sous Sarkozy, Hollande prend dans la poche de ceux qui n’ont presque rien pour engraisser grands patrons et financiers.
Deux exemples : Au nom de la compétitivité, ces derniers vont recevoir en cadeau 20 milliards d’euros, sans aucun contrôle, aucune contrepartie, et ce cadeau c’est le peuple qui le paiera par l’augmentation de la TVA, l’impôt le plus injuste. Quant à l’impôt sur les sociétés, il frappe à hauteur de 30% les PME, les artisans, qui sont pourtant créateurs d’emplois, et tombe à 8% pour les entreprises du CAC4O, alors qu’elles licencient et délocalisent leur production !
C’est d’autant plus scandaleux que des mesures justes, efficaces, dans le cadre d’une réforme radicale de la fiscalité, sont à portée d’une simple volonté politique…de gauche.
L’évasion fiscale coûte à notre pays 80 milliards d’euros. Le groupe communiste à l’assemblée a fait 60 propositions pour lutter contre. Pourquoi le gouvernement refuse-t-il d’en débattre ? Qui peut justifier que les revenus financiers ne soient pas taxés au même niveau que les revenus du travail ? Cela rapporterait tout de suite de 20 à 30 milliards d’euros !
Nous proposons un prélèvement sur les actifs financiers des sociétés, des banques, des assurances, pour alimenter un fond de péréquation pour les services publics des communes. Cela permettrait une modification de la taxe d’habitation, trop lourde, trop inégalitaire et injuste, qui tiendrait compte de la situation des familles .
Ce ne sont là que quelques propositions de bon sens, de justice et d’efficacité, caractérisant une politique de gauche. Force est de constater que ce gouvernement usurpe le qualificatif de gauche. Ses choix sont de droite, comme l’étaient ceux de T.Blair en grande Bretagne ou de G.Schreoder en Allemagne.

PNG - 299.4 ko

Peut-on sortir de cette impasse dangereuse ? Oui, à une condition, que le peuple de gauche s’en mêle, que de nombreux militants socialistes et écologistes, fidèles aux valeurs de gauche, tirent les conclusions qui s’imposent : le gouvernement Hollande a quitté leur camp, et ce n’est ni l’abstention, ni un vote disciplinaire (qui n’a rien d’utile) lors des municipales, qui éviteront le pire.

A. PEREZ - PCF - Front de gauche






Date de mise à jour : lundi 11 novembre 2013.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko