ITA/Valmont. Des responsabilités à assumer.  du dimanche 23 décembre 2012.




Le dépôt de bilan d’ITA/Valmont est inacceptable pour les 220 salariés concernés, mais aussi pour tout le bassin de vie du Sévéragais. Dès lors, nul n’a le droit de se dérober, de fuir ses responsabilités.

Tout d’abord, le PDG, Monsieur Silberman, à la tête d’un grand groupe employant 4500 salariés en Europe et en Tunisie. Ce monsieur a des comptes à rendre à son personnel grace à qui il s’est enrichi, mais aussi à un territoire qui, par ses infrastructures, lui a permis de produire et de vendre.Il doit s’expliquer sur certains choix commerciaux, sur la délocalisation au Portugal de la marque Steiner, qui a entrainé une chute de la qualité telle, que la marque a pratiquement disparu. Il doit aussi s’expliquer sur l’absence d’investissement sur le site depuis au moins 20 ans !

Monsieur Silberman veut délocaliser la production en Pologne où la main d’œuvre est surexploitée. Qu’il parte, mais qu’il laisse l’usine, les machines !

C’est là, qu’intervient la responsabilité des élus. Les salariés n’ont pas besoin de soutiens moraux sans lendemain, encore moins des affirmations du style « On est avec vous, mais on n’y peut rien. ». Ces affirmations sont dans la logique d’un effacement du politique, aussi bien par la droite que par le PS, face aux financiers auxquels on laisse tous les pouvoirs. C’est inadmissible.

Il faut prendre des mesures d’urgence. Je propose que le conseil général se rende acquéreur pour l’euro symbolique de l’entreprise. Cette « départementalisation » (expérience qui s’est faite dans un autre département) serait temporaire et s’accompagnerait de démarches visant à maintenir les emplois et l’entreprise.

Ces démarches pourraient s’orienter vers la recherche d’un repreneur fiable, ou dans le cadre de l’économie sociale et solidaire, de la création d’une SCOOP ou une société coopérative d’intérêt collectif, regroupant salariés, collectivités, banques, entreprises diverses.

La responsabilité de Madame la Préfète est aussi engagée. C’est le moment d’interpeller le représentant régional du ministère du redressement productif ou encore le ministre en charge de l’économie sociale et solidaire. N’est-ce pas aussi le moment de solliciter la nouvelle banque publique d’investissement (BPI) afin d’aider à moderniser et développer ce site.

Le groupe Front de gauche au conseil régional va déposer un vœu, lors de la prochaine assemblée plénière qui mettra en avant ses propositions pour la maintien de l’emploi sur nos territoires.

Martine Perez, conseillère régionale PCF/Front de gauche.






Date de mise à jour : dimanche 23 décembre 2012.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko