Une dictature qui ne dit pas son nom !  du dimanche 29 janvier 2012.




COMMENÇONS PAR UN SONDAGE SÉRIEUX D’UN ORGANISME AGRÉÉ « VIAVOICE » QUE, SEUL, L’HUMANITÉ DIMANCHE A RENDU PUBLIC. ON VA COMPRENDRE POURQUOI :

  • Vous êtes 78 % à souhaiter une augmentation du SMIC, des pensions et des minima sociaux ;
  • 78 % à préconiser une hausse de la fiscalité pour les plus riches ;
  • 74 % à demander plus de services publics ;
  • 68 % à exiger des politiques qu’ils reprennent le pouvoir aux banques et aux financiers ;
  • 67 % à penser qu’il serait juste et efficace de taxer les revenus financiers ;
  • 60 % à être favorable la retraite à 60 ans à taux pleins pour tous.
  • 53 % à considérer inefficaces et injustes les cadeaux fiscaux aux entreprises.


QUELLE DEVRAIT ETRE LA CONSEQUENCE POLITIQUE D’UN TEL SONDAGE ?

Dans une véritable démocratie, les citoyens devraient voter en fonction de leurs souhaits, de leurs aspirations. D’autant que ces aspirations humainement et socialement légitimes, correspondent aux solutions pour sortir de la crise et réduire le poids de la dette.

Or, sur le plan politique, ces aspirations sont portées essentiellement par le FRONT DE GAUCHE. En toute logique, Jean-Luc MELENCHON devrait être élu Président de la République dès le premier tour.
Si tel n’était pas le cas, cela voudrait dire que l’on nous manipule, soit pour que l’on renonce à l’un de nos derniers droits, le droit de vote, soit pour nous faire voter différemment de ce à quoi nous aspirons.

C’est ce que nous appelons une dictature à l’illusion démocratique !


BRAS ARME DE CETTE DICTATURE : LES GRANDS MEDIAS OU LES « NOUVEAUX CHIENS DE GARDE » - titre du dernier film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat ; Film événement qui démontre les liens et la promiscuité entre une certaine classe politique, les patrons et les financiers et l’univers médiatique) -


Si l’on excepte « l’Humanité », « l’Humanité Dimanche », les grands médias sont soit sous la coupe directe du staff à Sarkozy, soit propriété des géants de la finance et du monde des affaires : Lagardère, Bouygues, Bolloré. Le quotidien « Libération » qui passe pour un journal de gauche est la propriété du Baron De Rothschild.

Qui, dans ces conditions, peut concevoir que ces médias vont faire autre chose que nous manipuler afin de préserver leurs intérêts et nous empêcher de voter en faveur de nos aspirations, en faveur d’une véritable alternative, en faveur de la remise en cause de leurs privilèges exorbitants ?

Pour plus d’efficacité, ces grands médias vont avoir recours à de prétendus experts, invités tout le temps et partout pour qu’ils colportent la pensée dominante de l’économie libérale et marchande, pour nous expliquer que, de droite ou de gauche, nous n’avons pas d’autres choix que de nous serrer la ceinture… au nom de la compétitivité !

A droite, on retrouve : Jean-Marc Sylvestre, Jean Hervé Lorenzy, Michel Godet…

Du côté du PS : Jacques Attali ou Elie Cohen qui est au conseil d’administration de « pages jaunes » du groupe « Stéria », d’ « EDF énergie nouvelle » et qui, en 2010, a perçu à ces titres : 107 212 €. VIVE LA CRISE !!!

Ces prétendus experts sont passés 1181 fois sur l’une des chaines télévisées de 2008 à 2011.


MANIPULATION POUR FAIRE PASSER L’IDEE DE FATALITE ET POLITIQUEMENT, PROMOTION POUR CERTAINS, DISCRIMINATION POUR D’AUTRES


Plus que des discours, des chiffres on ne peut plus officiels, puisqu’ils émanent du CSA et concernent le 1er semestre 2011. C’est pire certainement pour la suite, mais nous ne disposons pas encore des temps de parole des différentes formations politiques dans les J.T. des chaines (TF1, France2, France3, Canal+ et M6).

  • UMP : 3 H 43 sans compter les 2 heures alloués au gouvernement
  • PS : 3 h 25
  • FN : 2 h 10
  • Front de gauche : 20 minutes

Sur les chaines d’info en continue :

  • UMP : 23 h
  • PS : 39 h
  • FN : 3 h 45
  • Front de gauche : 27 minutes

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, depuis le congrès de juin 2010, n’a jamais été invité sur une chaine publique. Marine Le Pen, 14 fois ! Sans commentaire…..


LES GRANDS AXES DE LA MANIPULATION


1°) LE DOGME DE LA FATALITE

Depuis les années 75, tout est prétexte à appeler notre peuple à toujours plus de sacrifices. Au nom d’une affirmation présentée comme une évidence : «  Nous n’y pouvons rien, il n’y a pas d’autres politiques possibles, si ce n’est sur des détails ». Le PS a lui-même contribué à ce qu’il en soit ainsi, pour justifier sa reconversion au système libéral. Chacun garde encore en mémoire la phrase de L. Jospin : « l’Etat ne peut pas tout ».

La crise de la dette est de ce point de vue significative. Elle nous est présentée comme tombant du ciel, mais expliquée par un seul argument d’autorité : nous vivons au-dessus de nos moyens. La France n’a plus les moyens, donc, austérité et sacrifices. Quiconque pense autrement, propose des solutions alternatives, est exclu des médias, censuré.


2°) LE BIPARTISME

Il s’agit d’une illusion démocratique et d’un obstacle au changement. Prenons l’exemple des présidentielles 2012 :

Battre Sarkozy est indispensable mais insuffisant si, dans le même temps, on ne change pas de politique ! Ce sont deux objectifs intimement liés que poursuit le Front de gauche afin de faire gagner un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Cela passe par un rassemblement majoritaire, à gauche.

L’un des obstacles majeur à ce rassemblement est le bipartisme. Plus présentable qu’une dictature, il est une illusion démocratique destinée à détourner les aspirations légitimes des peuples, des urnes. A la confrontation d’idées, de projets, il substitue une course individuelle au pouvoir basée sur des effets de tribune, sur la séduction publicitaire. Partout où il sévit dans le monde, le bipartisme a semé bien des espoirs, mais les peuples ont récolté la désillusion. C’est vrai aux USA, en Grande-Bretagne. En Grèce, en Espagne, les socialistes Papandréou, Zappatero, ne font rien d’autres que ce que fait Sarkozy en France !

Pus grave encore, le bipartisme conforte par les urnes un glissement à droite du PS que par ailleurs notre peuple condamne. Qui peut nier qu’en France c’est parce que le bipartisme a marqué des points, que toutes les expériences de gauche se sont mal terminées, aboutissant au retour d’une droite de plus en plus dure et à un taux élevé d’abs­tentions.

Le vote dit utile... ou pour le moins pire, est l’instrument préféré des adeptes de droite comme de gauche, de ce bipartisme. Un instrument dont jouent à merveille des médias aux ordres de la bande du Fou­quet’s. Cette dernière est prête à accepter, voire à favoriser un changement du locataire de l’Elysée, à condition que cela ne remette en cause aucun de ses privilèges.


3°) LE RECOURS A DES LEURRES

    • Les sondages orientés :

La publication régulière de sondages sur les intentions de vote, vise à influencer l’électeur.

Comment fonctionne un sondage ?

Un échantillon de 1000 personnes est choisi, au hasard, avec une seule exigence : disposer d’un téléphone. Compte tenu des absences, ce sont environ 600 personnes qui vont répondre et sur ces 600, il y en a aux alentours de 300 qui affirmeront ne pas savoir encore pour qui voter.

Quant aux exprimés, leurs intentions de vote vont être corrigées par l’application de coefficients, plus qu’arbitraires. Par exemple, la prétendue notoriété d’un candidat ou encore le résultat des élections présidentielles précédentes, sans tenir compte du contexte politique de l’époque !

Ainsi, Hollande, Sarkozy, Bayrou se voient attribuer un coefficient correcteur très supérieur à celui de Mélenchon.


    • L’encouragement à l’abstention :

    Du « tous pourris » à l’idée de fatalité « quel que soit le résultat, rien ne changera pour nous ! », tout est mis en œuvre pour décourager les citoyens d’aller voter.

    Si les capitalistes pouvaient interdire le droit de vote, ils le feraient. Par l’abstention, ils amènent les citoyens, ceux qui ont le plus intérêt à voter, à renoncer d’eux même à ce droit.






Date de mise à jour : samedi 4 février 2012.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko