Se taire est impossible !  du mercredi 9 novembre 2016.




André Perez-PCF/Front de gauche

B.Brecht : « …Le ventre est encore fécond, d’où à tout moment, peut sugir la bête immonde » 
Il y a 75 ans, cette bête immonde renversait avec l’aide d’Hitler, la jeune République Espagnole. Son peuple n’avait pas d’autre choix que de fuir ou de mourir. Mon père dont toute la famille fut tuée, était de ceux qui arrivèrent en France, à Argeles sur mer. L’extrême droite se chargea de manipuler les Français. Les réfugiés furent accueilli par certains avec haine. Ils étaient qualifiés d’envahisseurs, d’indésirables. Les plus « élégants » évoquaient les « Espagnols de merde », tueurs d’enfants, de curés, pilleurs d’église.
Nombre de ces « espagnols de merde », dont mon père, continuèrent le combat sur notre sol, dans les maquis, contre l’occupant nazi, par idéal, celui qui figure sur le fronton des mairies : Liberté, Égalité, Fraternité. Nombreux de ceux qui les insultaient, préparaient la collaboration, se bâtirent des fortunes grace au marché noir, et n’hésitèrent pas à dénoncer les juifs, les communistes et les résistants !
75 ans après, l’histoire se répète. L’extrême droite héritière du franquisme, dirige quelques villes comme Béziers. Les Républicains Espagnols d’hier sont aujourd’hui des Afgans, des Syriens qui fuient la faim, les tortures, les massacres, la guerre ! Leur choix : mourir ou fuir.
Ces pauvres gens subissent insultes et menaces de la part de la droite Sarkoziste et bien sûr du FN dont l’un des porte paroles a osé dire : « Ce n’est pas d’accueil qu’il faut parler, mais d’expulsion ; ce ne sont pas de bâtiments qu’il faut mais des charters ! » Monsieur Menard, maire pro FN de Béziers, a osé sortir une affiche appelant à la chasse aux migrants.
Le pire, c’est que cette affiche ignoble, ces propos dégoûtants passent sur nos écrans de télé comme une opinion parmi d’autres. Une opinion qu’illustre parfois des micro trottoirs, où l’on interroge les mêmes, qui hurlent un jour de grève qu’ils sont pris en otage. Ainsi avons-nous entendu une grande bourgeoise, christ en or autour du cou gémir : « J’ai peur pour mes petits enfants. Ils n’ont aucune hygiène, ils sont sales, mal habillés ! »
Et oui madame, ils ont traversé la Méditerranée sur des bateaux de fortune- des milliers sont morts noyés- ils n’ont pas un sou pour s’habiller chez Cardin ou Dior. Si je vous avez en face, madame, je vous dirai que la connerie n’excuse pas la méchanceté, l’inhumanité, surtout lorsque l’on arbore au cou une religion qui prône je crois, la solidarité, l’amour du prochain. Vous-même madame, comme nous tous, êtes descendante de migrants Africains, Polonais, Portugais, Italiens, Espagnols….Hongrois. Aussi loin que remonte le temps, la migration toujours forcée nous a permis d’apprendre, de partager, de découvrir, de s’enrichir. Pour tout être humain, la réponse ne peut être la jungle ou la mort, mais la fraternité, la solidarité. Les réfugiés se sont des hommes, des femmes, des enfants !!!!






Date de mise à jour : mercredi 9 novembre 2016.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko