Après l’énorme manifestation du 14 juin...  du samedi 18 juin 2016.




André Perez, PCF/Front de gauche

La frontière de l’ignoble et du déshonneur a été franchie.

Depuis les premiers jours de lutte contre la loi El Khomri, des dizaines de casseurs perturbent les manifestations syndicales.
Le 14 juin, ils ont franchi la ligne jaune de l’inacceptable en callaissant l’hôpital Necker pour enfants. Cet acte odieux a donné lieu à un amalgame indécent avec les syndicalistes de la CGT !
Qui peut faire croire que la CGT comme F0 ou SUD, qui sont à la pointe de la lutte pour la sauvegarde de nos hôpitaux démantelés par les gouvernements d’hier et d’aujourd’hui, puissent s’en prendre à un établissement pour enfants malades ?
Par contre, des questions se posent ?
Comment se fait-il que ces voyous ne soient pas interpellés et qu’ils puissent préparer leurs méfaits sous les regards passifs des CRS ?
Comment expliquer que la police puisse en 48 heures interpeller cinquante hollygans russes tout en étant incapables d’arrêter des casseurs pourtant repérés à chaque manifestation ?
Le 5 mai dernier, le secrétaire général « d’ Alliance », syndicat de police marqué à droite, a déclaré : « les directives que nous recevons sont incompréhensibles. On nous demande de rester une heure sans intervenir. Tout se passe comme si le gouvernement voulait discréditer les mouvements sociaux ! » Monsieur Cazeneuve, ministre de l’intérieur n’a jamais répondu à cette interpellation.
De fait, le 14 juin, les casseurs qui s’en sont pris à l’hôpital Necker n’étaient pas dans la

JPEG - 93.6 ko

manifestation, mais bien à l’avant. Comment se fait-il qu’on ne les ai pas encerclés et arrêtés ? A-t-on peur en haut lieu, que l’on découvre parmi eux, des identités gênantes et compromettantes pour le gouvernement ? Par contre, ce sont des militants CGT qui ont été chargés.
La question : « A qui profite cette abjecte provocation ? »ne peut que se poser . Le club des 4, gouvernement, droite, FN, MEDEF, en profite pour agresser la CGT, menacer les libertés, le droit de manifester.
Demain, vont-ils en profiter pour interdire les syndicats, hormis bien sûr celui qui plait au patronat…. et au parti socialiste !
A coup de 49.3, le gouvernement nous impose une loi ultra minoritaire, qui ne figurait pas dans les 60 propositions d’Hollande. Plus de 70% des français s’y opposent. Le parlement est baillonné. Les salariés se mettent en grève ! Ils sont accusés de prendre les français en otage. Ils manifestent ! Ils subissent de violentes provocations visant à interdire le droit de manifester. Que faut-il faire ? Subir, se taire, tout accepter ?
Pour nous communistes, c’est NON, NON et NON !
J’ose le dire et signer : messieurs Hollande, Valls, Cazeneuve et consors, ces violentes et inadmissibles provocations vous rendent suspects.






Date de mise à jour : samedi 18 juin 2016.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko