Dépassons la colère et le dégoût  du dimanche 10 avril 2016.




André Perez PCF/Front de gauche

S’il fallait résumer la loi El Khomri en une seule phrase, nous dirions qu’elle nous ramène au 19ème siècle, portant en elle des vies en miettes, dans une insécurité généralisée. Nul ne peut en douter, elle a été écrite par le MEDEF ! Et voilà qu’au coeur d’une mobilisation où personne ne peut prévoir jusqu’où elle ira, éclate le scandale « Panama Papers » qui met au grand jour, une partie seulement de l’évasion fiscale, de ces milliers de milliards d’euros, que l’on nous vole et qui seraient bien utiles pour nos hôpitaux, nos écoles, nos bureaux de postes, nos lignes de chemin de fer, nos collectivités territoriales….
Le fait que l’on retrouve parmi les crapules frauduleuses des personnes telles que DSK, Cameroun, Cahuzac, la garde rapprochée de la famille milliardaire Le Pen, est presque anecdotique, bien qu’insupportable. Car l’étendue du scandale ne touche pas que le Panama. Parmi les états fondateurs de l’union européenne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg se sont spécialisés dans des techniques d’optimisation fiscale permettant aux grands groupes de fuir l’impôt. Le tout avec le concours des banques.
François Hollande prompt à récupérer tout ce qui peut l’être, a tout de suite bombé le torse, promettant des sanctions. Aidons-le à retrouver la mémoire. Fin 2015, notre camarade Eric Bocquet, sénateur communiste, avait dirigé une commission d’enquête dont les conclusions avaient permis au groupe parlementaire Front de gauche, de présenter dans le cadre de la préparation budgétaire, un amendement et 20 mesures destinées à lutter contre l’évasion fiscale. Amendement rejeté par la droite et le groupe socialiste, avec l’argument suivant : « Ce serait préjudiciable à la compétitivité de nos entreprises. »
Colère, dégoût, nous animent, mais aussi détermination de plus en plus grande de renverser la table dans un affrontement opposant nos rêves à leurs privilèges. Grèves, manifestations, nuits debout, permettent à notre peuple de découvrir ce que nous avons en commun dans la vie qui nous est faite, dans nos espoirs. Dépassons notre colère, notre dégoût légitime, et rassemblons toutes celles et tous ceux qui refusent ce monde pourri. C’est ce qui fait peur au pouvoir, à la droite, à son extrême, au MEDEF. C’est ce qui explique la répression, les provocations policières.
A Millau, 15 lycéens, pour avoir placé une banderole dans la cour de la sous-préfecture, sont traités comme des criminels, avec prélèvement de leur ADN. Et comme si cette diarrhée déversée sur nos vies n’était pas suffisante, on apprend que ces lycéens ont été dénoncés par un responsable de leur établissement. Cela nous ramène aux pires heures de notre histoire. Si les faits sont avérés, organisons la résistance, exigeons le renvoi de cet individu.






Date de mise à jour : dimanche 10 avril 2016.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko