Les communistes millavois dans la douleur.  du dimanche 24 janvier 2016.




Romain Poulain n’est plus.

Section de Millau du PCF
Un SMS et le ciel nous tombe sur la tête  : «  Le jeune accidenté d’Aguessac, c’est Romain Poulain  ». Romain, c’était un camarade. Nous avons découvert un jeune révolté, à qui la vie n’avait pas fait de cadeau. Les galères que connait notre jeunesse, il les vivait. Les injustices, les inégalités, le mettaient hors de lui. Mais on le sait, la colère, la révolte peuvent parfois conduire dans des impasses, parfois des chemins scabreux, dangereux, pire que le mal qui nous scandalise. Les votes extrêmes ou bien les renoncements en font partie. Ce n’était pas son cas. Romain avait fait le choix de s’engager, de lutter. Il n’était pas seulement révolté, il était animé d’un idéal fait de solidarité, de partage, de fraternité. Une vie sans idéal, n’est pas une vie…..et Romain aimait la vie. Il avait fait sienne cette citation  : «  La vie appartient à celles et ceux qui luttent  ». Romain avait toujours le sourire aux lèvres, sa bonne humeur était communicative, le cœur sur la main …. Sa disparition est une terrible injustice … une injustice contre laquelle on ne peut lutter. A la haine, il opposait l’amitié, la fraternité. Il combattait toutes les formes de racisme, de xénophobie. Au culte de l’argent roi, il préférait le partage, l’égalité. Il avait tout compris ! Aux dernières élections départementales, nous l’avions proposé comme candidat en binôme avec Sophie Tarroux. Ce fut un résultat plus qu’encourageant et Romain en était fier et heureux. Nous l’avions convaincu de prendre la direction de notre section, au prochain congrès. Une seule interrogation l’avait un peu freiné. Aurait-il le temps  ? A force de persévérance, à l’issue d’une formation, il avait enfin un métier et devait conjuguer son travail, sa vie de famille. Un virage glissant, à l’entrée d’Aguessac, a cruellement réglé la question.
Romain, tu étais le présent, l’avenir de notre parti. Nous t’aimions et cette fraternité, cette amitié, allaient bien au delà de nos rangs. Le meilleur hommage qu’on puisse te rendre, c’est de continuer ton combat. Nous le ferons ... mais laisses-nous un peu de temps. Ton décès nous a bouleversés, anéantis. Nous ne verrons plus ton sourire radieux, nous n’entendrons plus tes cris de colère. Romain tu vas nous manquer, tu nous manques déjà.
Nous présentons à Edith sa compagne, à Elona sa fille chérie, à ses parents, à sa soeur, à sa grand-mère, à toute sa famille, nos très sincères condoléances.
N.B. Notre pensée va aussi au chauffeur du camion. Nous imaginons ce qu’il peut ressentir.






Date de mise à jour : dimanche 24 janvier 2016.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko