Quand le droit à la santé et à la dignité sont remis en cause.  du samedi 1er mars 2014.




L’hopital de Millau parait-il va beaucoup mieux !
Alors pourquoi avoir dépensé 97 000 euros pour un audit ?
Tout simplement parce que 80% des hôpitaux publics sont dans le rouge du fait des politiques gouvernementales, celles d’hier comme celles d’aujourd’hui.
Et monsieur Durand a beau s’entourer de compétences journalistes dans le domaine de la communication, il ne peut cacher plus longtemps la vérité : Notre hôpital accuse un déficit d’au moins 4 millions d’euros.

PNG - 302.3 ko

Qu’est-ce que ça serait s’il n’allait pas bien ?
Le directeur de Montpellier, soutenu par notre maire agit en conséquence comme le font tous les patrons du privé, avant de fermer une entreprise. On supprime une partie du personnel, on impose des sacrifices à celles et ceux qui restent, avec la promesse illusoire, qu’ainsi ils sauveront leur établissement. Promesse illusoire, quand on sait que la loi Bachelot, non remise en cause, a fixé l’objectif d’un seul hôpital par département et que depuis, pour faire des cadeaux au MEDEF, F.Hollande, que soutient monsieur Durand, a programmé 50 milliards d’euros d’économies dans les dépenses sociales et publiques.
Qu’envisage le directeur de Montpellier pour notre hôpital ?
20 fermetures de lits, assorties de 20 non renouvellement d’emplois précaires.
Suppression d’un groupe de gardes aux urgences
Et pour le personnel restant : ¼ d’heure de travail gratuit par jour. Le tout assorti d’un terrible mépris : « Ce n’est qu’un début ».Il est vrai que le bruit revient que 2 maternités sur le Sud-Aveyron, c’est une de trop !
L’hôpital de Millau qui « se porte bien », selon notre maire, réduit l’offre de soins, accentue l’exploitation d’un personnel déjà à bout, remet en cause la qualité des soins malgré le dévouement exemplaire des médecins, des infirmier(e)s, des aides soignant(e)s.
J’ai vraiment du mal à voir où se situe l’Humain alors que c’est précisément là, plus que partout ailleurs qu’il devrait prévaloir sur toute autre considération.
Il en est de même pour nos maisons de retraite qu’on a laissé se dégrader pendant des années au point de cacher aux millavois les conclusions de la commission de sécurité.
Bien sûr, monsieur le maire, en cette veille d’élection, promet ce qu’il n’a pas fait pendant 6 ans. Mais, comme il promet à coup de quinzaines de millions d’euros par ci, par là, tout en soutenant un gouvernement qui condamne les collectivités au régime sec, on a toutes les raisons de s’inquiéter.
Avec la liste que je conduis, nous prenons l’engagement de résister comme pour notre ligne SNCF ou le « Vieux Millau ». Nous lançons une campagne de pétitions pour le droit à la santé et à la dignité pour toutes et tous…et ce n’est qu’un début du combat.






Date de mise à jour : samedi 1er mars 2014.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko