Du 6 Février 1934, au 2 Février 2014  du samedi 15 février 2014.




L’histoire, dit-on, ne repasse jamais les mêmes plats. Reste que l’histoire éclaire le présent. Le 6 Février 1934, l’extrême droite fasciste, mais aussi la droite la plus réactionnaire, réussissaient une démonstration de force telle que les fondements mêmes de la République s’en trouvèrent menacés.
Cette montée de la haine, de la violence, trouvait son origine en France, comme dans toute l’Europe, dans une grave crise du système capitaliste, et dans le renoncement de la SFIO (ancêtre du PS) à combattre les raisons du marasme.
Certes la France et le monde d’aujourd’hui ne ressemblent en rien à celui des années 1930. Pour autant, 80 ans après le 6 Février 1934 tout ce que la France compte d’ultra réactionnaires, d’obscurantistes, de factieux s’est retrouvée dans la rue, avec ces slogans comparables, qui font froid dans le dos…. On sait où cela nous a conduit en 1939 !!
D’où l’on revient à l’utilité de l’histoire. Après le 6 Février 1934, et face à cette offensive « noire », s’exprime le besoin d’une gauche debout et rassemblée, autour d’une véritable alternative remettant l’humain au cœur de notre société.
Hélas, serai-je tenté de dire, la situation à gauche n’est plus celle de 1934.Le PS, en situation hégémonique, n’est plus (en tout cas au niveau de ses directions) un parti de gauche. Comme le soulignait un grand quotidien Allemand, pour s’en réjouir, le gouvernement Hollande a définitivement rompu tout lien avec les idées progressistes. Cette déchéance vient de trouver un nouvel épisode pitoyable dans un domaine sociétal, oh combien important, l’énième recul cette fois-ci sur la loi famille.
Sommes-nous pour autant dans l’impasse totale ? Non ! La gauche dans sa diversité existe encore. Elle est même majoritaire en France. Plus de 65 % de nos compatriotes soutiennent par exemple la PMA, que le gouvernement a, par lâcheté, abandonné après bien d’autres reculs. Cette gauche peut s’unir, se rassembler, à condition qu’une partie d’entre elle prenne ses responsabilités, coupe le cordon ombilical qui la relie encore à des dirigeants qui l’ont trahie, et qui usurpent le mot Socialiste !
Au vue des enjeux, et avant qu’il ne soit trop tard, le devoir citoyen et politique est de contribuer à une gauche rassemblée et debout. C’est ce qui a commencé à se faire pour les municipales dans notre cité, autour de la liste Millau c’est vous !

André Perez
PCF-Front de Gauche






Date de mise à jour : samedi 15 février 2014.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko