Un pacte de responsabilité ? Non, une trahison !  du mardi 21 janvier 2014.




Ils ont un nom, H. de Castries (AXA), S. Papin (système U), J.L Bonnafé (BNP Paribas), J.Pagon (l’Oréal) et ils sautent de joie. Leur chef Y.Gattaz exulte : « Une telle baisse des charges, on n’avait jamais vu ça ! »
La droite hésite entre le soutien inconditionnel et la revendication de droits d’auteur.
Sarkozy en avait rêvé, sans oser aller aussi loin ! Hollande l’a fait.

PNG - 352.9 ko

Son pacte de responsabilité est un véritable « hold up » doublé d’une inqualifiable tromperie. En mettant fin aux cotisations familiales, c’est un cadeau de 30 milliards d’euros supplémentairres au patronat, c’est aussi un vol manifeste. Faut-il le rappeler ou tout simplement le dire aux jeunes, cette cotisation, n’est rien d’autre qu’une partie de la rémunération salariale socialisée. Autrement dit, ce sont les salariés qui mettent dans un pot commun une partie de leur salaire à des fins de solidarité pour impulser une politique familiale juste et efficace. Telle est l’une des œuvres sociales du Conseil National de la Résistance, détruite par un président et un gouvernement osant se réclamer de la gauche.
Le pire ne s’arrête pas là, puisque nous sommes invités à rembourser en quelque sorte ce que l’on nous vole !
Comment ? Par des coupes sombres sur les services publics et par un étranglement des collectivités…autrement dit moins d’investissements, moins de social, moins de bien être et moins d’emplois. Je pense qu’il est temps de se rendre à l’évidence. Ce gouvernement, comme les principaux dirigeants du Parti Socialiste, ont fait ouvertement et de façon définitive le choix du libéralisme et sont devenus, comme le constate un quotidien Allemand, une autre composante de la droite.
Pour autant, il y a dans ce parti, chez ses électrices et ses électeurs, des femmes, des hommes fidèles à l’esprit de Jaurès, aux valeurs progressistes. Pour en avoir parlé avec certains, ils sont désorientés. Je leur lance un appel solennel : il faut, il est urgent d’ouvrir une espérance, redonner espoir, combativité, car d’autres choix sont possibles. Vous pouvez y contribuer, en restant fidèles à vos idéaux, mais en vous déterminant pour une politique priorisant l’humain. Cela peut commencer dès les prochaines élections municipales, ensemble nous pourrons « rallumer les étoiles ».
Ainsi, vous n’abandonnerez pas votre parti, bien au contraire. N’est-ce pas aujourd’hui « les solfériniens » qui en fait vous abandonnent ?

Martine Perez, conseillère régionale-Tête de liste « Millau, c’est vous »






Date de mise à jour : mardi 21 janvier 2014.

Agenda


';

PNG - 274.1 ko
PNG - 252.3 ko
PNG - 299.4 ko

JPEG - 1.3 Mo

PNG - 302.3 ko

PNG - 19.5 ko